La Clé de l’ascenseur, d’après une nouvelle d’Agota Kristof, sur le sujet des violences conjugales.

La Clé de l’ascenseur, d’après une nouvelle d’Agota Kristof

La clé de l’ascenseur, d’après la nouvelle d’Agota Kristof, nous parle de la violence conjugale, de cette violence faite à la femme, celle de l’homme qui l’a séquestrée, son propre mari.

Une cage à oiseau comme suspendue, un duo "clown - danseuse" pour évoquer le corps et l’esprit de la femme séquestrée et l’homme, acrobate muet qui se métamorphosera sous nos yeux de prince charmant en monstre.
L’écriture d’Agota Kristof déborde de souffrance
mais c’est la poésie qui se dégage de ce texte
qui m’a d’abord interpellé. L’amour et la force
de cette prisonnière sont si puissants qu’ils donnent
envie d’être joués, offerts au public.
Au-delà de cela et toujours passionné par le
texte donné à entendre, il me parait important
de lutter contre les violences faites aux femmes
et affirmer la lutte pour la liberté d’expression.
Encore une fois, je souhaite placer le clown au
coeur de la tragédie. Quelle naïveté faut-il pour
accepter tant de violence avant de se révolter…
Ou de mourir. Seul un clown peut, sur scène,
accepter et s’amuser d’autant de contraintes.
Pour autant, j’ai vraiment envie d’explorer le
côté caustique du nez et d’amener le drame de
la pièce en plongeant le spectateur dans une
ambiance burlesque et grinçante. Laurent Savalle, Metteur en scène

Dossier à télécharger

Nos Spectacles

A découvrir....